huile-olive

Le marché de l’huile d’olive bio

Les consommateurs ont toujours exprimé leurs inquiétudes concernant les produits qu’ils consomment au quotidien, en affirmant notamment leur besoin de connaître la provenance de ces produits, celle-ci étant un gage de qualité ; ils ont également manifesté leurs inquiétudes par rapport aux produits chimiques, qui sont souvent utilisés par les agriculteurs pour la fertilisation ainsi que pour la protection de leurs futures récoltes, et pour les résidus sur le produit acheté.

L’agriculture biologique a répondu à ces préoccupations, en proposant aux consommateurs une production agricole obtenue exclusivement avec une méthode de production sans produits chimiques et une gestion durable. Elle présente de nombreux avantages : elle permet de mieux respecter l’environnement et la biodiversité, tout en préservant les ressources naturelles ; elle crée des emplois supplémentaires. Cet engouement pour le bio est valable pour l’alimentaire et la restauration : conseils pour ouvrir son restaurant. Cependant, les consommateurs sont prêts à dépenser davantage pour un produit issu de l’agriculture durable, garanti sans produits chimiques de synthèse et sans OGM. Ceci est particulièrement vrai pour un produit auquel les Français attachent de plus en plus d’importance : l’huile d’olive.

contenaire
La consommation française d’huile d’olive par année est d’environ 120 millions de litres par an.

L’agriculture bio dans le monde et en France

Cette méthode de production qui se distingue de l’agriculture traditionnelle est arrivée en France dans les années 1950. Apparue en Angleterre et en Allemagne 30 ans plus tôt, elle a vu le jour en réaction à l’intensification de l’agriculture, qui se développait à ce moment-là, et en répondant à l’intérêt des consommateurs d’une part et des agriculteurs de l’autre. La France a le mérite d’avoir été parmi les premiers pays à garantir une production agricole sans produits chimiques de synthèse au cours des années 1980. Cet engouement pour l’agriculture biologique a été impulsé par l’Union européenne, qui a soutenu cette forme de production avec l’adoption de règlements la favorisant et permettant une uniformisation des pratiques dans les États membres. Aujourd’hui, nous comptons près de 310 000 exploitations dans l’Union européenne, pour un total de 12,8 millions d’hectares en production biologique.
La France continue son avancée avec une surface de production toujours plus importante (2,0 millions ha en 2018, soit 7,5 % du territoire agricole total) et une demande grandissante de la part des consommateurs avec un marché fleurissant (9,7 milliards d’euros en 2018).

machine

Le marché de l’huile d’olive en France

Il existe plusieurs sortes d’huiles végétales, qui sont le résultat de la pression d’un fruit ou d’une graine : l’huile d’olive est parmi les plus connues. Avec ses nombreux bienfaits dont ses acides gras, ses vitamines et ses antioxydants, essentiels à notre organisme, l’huile d’olive représente un produit phare de notre alimentation avec son goût riche et subtil. Elle est parmi les huiles les plus riches en acides gras monoinsaturés et se décline en plusieurs saveurs, des plus délicates au plus fruitées et aromatiques. L’huile d’olive est la reine incontestable du régime méditerranéen, un des meilleurs pour la santé.
Présents dans les pays méditerranéens, les oliviers sont très résistants et offrent des fruits au goût facilement identifiable. Délicieuse et utilisée crue pour l’assaisonnement de vos salades, l’huile d’olive est de plus en plus plébiscitée par les Français. La France compte parmi les principaux pays producteurs d’huile d’olive, notamment dans les zones du Luberon, du Languedoc et de Puget, mais est devancée par l’Espagne, l’Italie et la Grèce : en effet le bassin méditerranéen concentre la grande majorité de la production mondiale. Actuellement, nous disposons de sept AOC d’huile d’olive en France (sur le territoire européen, l’appellation AOP est utilisée).
La procédure de fabrication de l’huile d’olive se fait dans une huilerie et passe par plusieurs procédés où les matières premières perdent certaines de leurs propriétés : l’extraction à chaud, l’addition d’autres ingrédients, la filtration, le raffinage et le conditionnement, le plus souvent, dans des bouteilles en plastique. De plus, différentes nominations, comme huile d’olive extra vierge ou huile d’olive vierge, peuvent compliquer le choix du consommateur.
L’huile d’olive vierge extra présente le taux d’acidité le plus bas : c’est l’huile d’olive de la plus haute qualité. Elle est extraite exclusivement à partir d’olives mûres et ne présente aucun défaut. Elle est le résultat d’un pressage mécanique, sans traitement chimique ni chauffage.
L’huile d’olive vierge est de qualité inférieure et possède un taux d’acidité plus fort. Elle peut également présenter de légers défauts au niveau de l’odeur et de la saveur. Elle est largement satisfaisante pour cuisiner.

bouteilles-huile
Avec son goût généralement plus prononcé, l’huile d’olive bio séduit.

 

Le marché de l’huile d’olive bio en France

Le marché biologique est en augmentation constante, ceci est encore plus évident pour celui de l’huile d’olive. Mais que veut-on dire par “huile d’olive bio” ? Pour obtenir cette qualification, l’huile produite doit répondre à un certain nombre de normes de production comme la non-utilisation d’engrais chimiques et pesticides de synthèse, tout comme la non-utilisation d’OGM ou de produit à base d’OGM. De plus, la production biologique doit garantir un processus d’extraction respectueux de l’environnement. Le marché est soumis à de nombreux contrôles pour assurer aux consommateurs l’origine et la qualité des matières premières.
Tout le processus de production est respectueux du produit et de l’environnement : dans la fabrication d’huile d’olive bio, la production de l’huile est mécanique, à des températures entre 35° et 50° pour préserver toutes les propriétés du fruit. Au contraire, dans le cas des huiles non bio, l’extraction se fait à de fortes températures. Le filtrage de l’huile bio est entièrement recyclé pour l’alimentation animale et pour le conditionnement le verre est privilégié.
Les consommateurs français peuvent faire confiance à deux labels bio pour bien choisir leurs produits : le logo bio créé au niveau européen et le logo AB, créé en France. Qu’est-ce qui différencie ces deux labels ? Le logo bio européen donne des précisions supplémentaires : il mentionne le lieu de production des matières premières qui composent le produit (mention “Agriculture UE” ou mention “Agriculture non UE”) et il fournit également la référence de l’organisme certificateur (FR-BIO-00 pour les productions françaises). Il est obligatoire sur tous les produits bio alimentaires pré-emballés dans l’Union européenne.
Le logo AB est utilisé en complément du logo bio européen, notamment sur les productions qui ne relèvent pas du règlement européen, mais d’un cahier des charges français.

Les consommateurs sont de plus en plus sensibles aux méthodes de fabrication de leurs produits alimentaires et les produits issus de l’agriculture biologiques apportent pleine satisfaction. De plus, l’agriculture biologique amène des solutions concrètes face au changement climatique. Le label bio garantit aux consommateurs le respect des règles de production. De fabrication artisanale à partir d’olives fraîchement récoltées et avec sa saveur délicieuse, l’huile d’olive bio n’a pas fini de conquérir le marché.