ouvrir son restaurant

5 étapes pour ouvrir son restaurant

Ouvrir un café ou un restaurant nécessite de penser et construire tous les détails du projet en amont. Ne pas se lancer à l’aveuglette est important car pour vivre, sortir des salaires et pérenniser votre affaire, votre établissement va devoir faire ses preuves auprès d’une clientèle qui, d’où qu’elle vienne, est de plus en plus exigeante.

1.      Choisir le concept du restaurant

Trouver le concept de restauration c’est instaurer les fondations de votre entreprise, et c’est la clef de votre réussite future. Novateur ou classique, vous allez devoir mettre noir sur blanc les grandes lignes de votre projet. Pour ce faire, posez-vous les bonnes questions :

  • Quels genres de plats y seront servis ? Une cuisine traditionnelle, gastronomique, exotique, de la junk-food ?
  • Et dans quel type d’ambiance ? Lounge-bar, années cinquante, chic et huppé, décor de cinéma, un air italien pour une pizzeria ou encore méditerranéen pour des kebabs bio.
  • Est-ce que le client va consommer sur place, être livré à domicile, prendre à emporter ou bien les trois ?
  • Quels types de formules allez-vous proposer à votre clientèle ?
  • Et d’ailleurs, vos clients potentiels qui sont-ils ?

Toutes ces questions vont devoir être étudiées à la racine de votre business plan. Elles vont déterminer l’identité de votre image de marque et en fonction des réponses que vous allez apporter. Il est important de bien cibler votre client-type, ses habitudes, ses envies car avant toute chose, créer un restaurant, même si c’est le rêve de votre vie, ne doit pas répondre à votre propre plaisir, mais à un besoin réel d’une clientèle locale. Pour ce faire, rien ne vaut la mise en place d’une étude de marché. À partir de tous les éléments recueillis, vous allez pouvoir également créer votre carte qui, pour un succès garanti, devra répondre à une exigence de qualité : c’est-à-dire, ne pas multiplier les propositions, proposer peu mais dans l’excellence et toujours avec des produits frais transformés par votre cuisinier(ère).

2.      Trouver le bon endroit où s’installer

Que ce soit de la restauration rapide ou de la gastronomie de haute volée, votre concept doit s’inscrire dans un cadre concurrentiel pauvre : c’est-à-dire qu’il ne sert à rien d’ouvrir un sushi-bar de plus, s’il y en a déjà cinq dans votre ville. Si c’est le cas et que vous ne souhaitez pas changer de projet, mettez-vous en quête d’une autre zone géographique. Pour choisir vos locaux, il va vous falloir étudier les zones de chalandise de la ville dans laquelle vous vous implantez :

  • Centre-ville, quartier chic, zone commerciale, quartier excentré ?
  • Quel type de clientèle vit à proximité ?
  • Est-ce cette dernière que vous visez ? Si la réponse est non alors vous devez choisir un lieu en cohérence avec votre projet.

Une fois que vous avez ciblé une ou des zones qui vous intéressent, il va falloir regarder plus en détail les locaux que vous aurez repérés à l’achat ou à la location :

  • Le local est-il facilement accessible ?
  • Possède-t-il un parking et dans quel état ?
  • Quels vont être les travaux à réaliser pour qu’il réponde à vos attentes ?

N’hésitez pas à demander des devis et faire jouer la concurrence. En cas de bail commercial, le coût de ce dernier va-t-il influencer de beaucoup les prix que vous souhaitez pratiquer ? Si ce n’est pas rentable car trop cher pour débuter votre projet de création, ne tentez pas le diable.

3.      Gérer efficacement le financement

Vous le savez, l’argent est le nerf de la guerre dans la création d’entreprise. Vous allez certainement devoir souscrire un emprunt. Ce dernier vous sera accordé en fonction de votre âge, de votre situation personnelle et professionnelle et de votre état de santé.

La banque va également étudier votre capacité d’emprunt suivant vos apports financiers et votre business plan. Vous devez donc bien ficeler ce dernier, y expliciter clairement et de manière détaillée votre projet, votre coût d’investissement, et la manière dont vous allez créer de la recette pour amortir votre crédit. Présentez la valeur du ticket moyen de chaque consommateur, vos charges salariales envisagées comme vos devis d’installation.

Vous pouvez également participer à des concours d’entrepreneuriat afin d’obtenir des fonds ou encore lancer une cagnotte participative sur un site de crowdfunding. Une relation de confiance avec votre banque doit impérativement s’instaurer, surtout si c’est votre premier projet d’entreprise. Protégez-vous. Il ne faudrait pas que vous vous retrouviez dans une situation de surendettement. Si vous votre rapport emprunt-recettes attendues et trop faible, revoyez votre lancement à la baisse ou regardez les plans sur lesquels vous pouvez faire des économies sans entacher la qualité de vos prestations.

4.      Savoir agencer la ou les salles

Quatrième étape : vous avez enfin vos locaux ! Bravo ! L’ouverture est pour bientôt. Il va maintenant falloir donner corps à votre projet. Ne perdez pas de vu que vous ouvrez un ERP, c’est-à-dire un Établissement Recevant du Public. Ce dernier doit respecter des normes alimentaires et techniques  aussi strictes que celles que vous devrez tenir concernant l’hygiène de votre établissement. Pour un ordre d’exemple, vous devez :

  • prévoir les issues de secours suivant votre jauge d’accueil par une signalétique adaptée,
  • aménager l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite
  • mais aussi utiliser des revêtements avec des taux d’inflammabilité respectant la loi.

Faites-vous conseiller par un architecte d’intérieur spécialisé.

projet menuisier nice

En ce qui concerne le mobilier, pour une ambiance unique qui ne manquera pas de faire partie de votre renommée, faites, si possible, réaliser du sur-mesure auprès d’un menuisier à Nice. Cet investissement, outre le fait d’offrir du cachet à votre établissement, sera rentable sur du long terme par sa solidité et sa robustesse. Et, ce sans compter l’impact favorable sur l’écologie qui ne manquera pas de séduire votre clientèle.

5.      Communiquer sur l’ouverture

Le grand jour est presque là. Votre restaurant va ouvrir ses portes. Cette ouverture va être décisive pour la suite. Il va donc falloir indiquer votre présence à vos futurs clients par une communication professionnelle.

Pour commencer, il va falloir créer une empreinte forte sur les réseaux sociaux. À votre service, Twitter, Facebook, Instagram et Pinterest. Sur ces derniers, vous allez communiquer sur l’ouverture, mais aussi sur tous événements futurs liés à votre restaurant : nouvelle carte, partage de recette, atelier cuisine, exposition culturelle ou concert, menus du nouvel an, etc.

Il est impératif de soigner votre image : par exemple, attention à l’orthographe, vos photos doivent être de qualité.

Pour parfaire votre communication, contactez les médias locaux, comme la chaîne télévisée régionale, mais aussi les radios et les journaux locaux. Vous pouvez payer de la publicité, tant sur les réseaux sociaux, que par la création d’une publicité diffusée dans les cinémas avoisinants. Enfin, restent les flyers à imprimer et les dégustations gratuites.

La restauration est un métier difficile mais qui offre une grande richesse en termes de relations humaines. En étudiant et travaillant de près ces cinq étapes, vous avez toutes les clefs en main pour faire de votre projet une réalité à succès.